Le Ministre wallon de l’Energie et du Climat à la COP 23 à Bonn!

Jean-Luc CRUCKE, Ministre wallon de l’Energie et du Climat se rendra à Bonn en Allemagne ces 14 et 15 novembre 2017 afin de participer à la COP 23. Sa présence est d’autant plus importante qu’à partir de janvier 2018, le Ministre wallon représentera la Belgique dans les matières climatiques au niveau européen.

L’Accord de Paris (COP 21) doit désormais être mis en œuvre via l’adoption d’une série de règles et de modalités (« Rulebook ») afin par exemple d’assurer le rapportage des émissions ou des financements, de permettre l’échange de crédits, etc.  La plupart de ces règles devront être adoptées en 2018, lors de la COP24. Il reste donc très peu de temps pour les élaborer.

Dans ces discussions, Jean-Luc CRUCKE, ministre Wallon de l’Energie et du Climat sera très attentif :

  • au respect de l’intégrité environnementale afin d’éviter par exemple que des crédits internationaux puissent être utilisés deux fois ou que l’utilisation des marchés amènent à des réductions d’émissions dans l’atmosphère inférieures aux réductions qui seraient obtenues sur seules bases de la mise en œuvre des contributions (donc sans utilisation des marchés).
  • aux règles relatives à la comptabilisation des réductions pour l’atteinte de l’objectif
  • au financement et en particulier au fonds pour l’adaptation qui met en œuvre des projets concrets dans les pays en développement et qui est très apprécié par ces derniers mais dont l’avenir sous l’accord est encore incertain

Au niveau du financement international, Jean-Luc CRUCKE rencontrera les directeurs du Fonds pour l’adaptation, du Fonds pour les pays les moins développés, de l’IRENA et de la Coalition pour le Climat et l’Air pur. Des fonds multilatéraux parmi ceux que la Région wallonne a décidé de soutenir en 2018 à concurrence d’un peu plus de 8 millions € :

  • Fonds pour l’Adaptation                                                            4 millions €
  • Fonds pour les pays des moins développés                             2,9 millions €
  • Coalition pour le climat et l’air pur                                               100 000€
  • IRENA                                                                                         1 million €

 

Durant son séjour à Bonn, Jean-Luc CRUCKE représentera la Belgique lors de l’Assemblée de haut niveau de la Coalition pour le Climat et l’air pur (CCAC).

Par ailleurs, il rencontrera également l’Organisation de la Francophonie, le Directeur du Climate Group ainsi que des scientifiques belges (Jean-Pascal Van Ypersele) et français (Jean Jouzel).

Il remettra également un prix à des lauréats wallons dans le cadre du concours européens de la construction durable organisé par CAP2020.

Jean-Luc CRUCKE aura également l’occasion d’échanger avec des représentants de la société civile et des étudiants belges.

La Wallonie au-delà de ses objectifs !

De plus et à l’occasion de sa présence à la COP 23, Jean-Luc Crucke tient à rappeler que pour la Wallonie, une réduction de +/- 19% des gaz à effet de serre est prévue pour 2020 alors que l’objectif initial assigné dans le cadre du partage de la charge intra belge est de 14,7%.

Mais au vu de l’ambition de l’objectif 2030 pour la Belgique de réduire les émissions de 35% par rapport à 2005, il est évident qu’il ne pourra être atteint avec les mesures existantes. Des politiques et mesures additionnelles de réduction des gaz à effet de serre  sont en cours d’élaboration et devront  être adoptées en 2018, au travers d’un nouveau Plan Air Climat Energie (PACE) à l’horizon 2030.

En Wallonie, une étape très importante a été franchie avec la Résolution climat votée à l’unanimité au Parlement wallon le 28 septembre 2017. Cette résolution constitue un accord de tous les partis politiques pour œuvrer dans la même direction. Le gouvernement met tout en œuvre pour atteindre les objectifs de cette résolution à savoir, pour rappel, une réduction de 95% des émissions de GES en Wallonie d’ici 2050. Le Ministre wallon de l’Energie et du Climat fera rapport régulièrement au Parlement de l’état d’avancement de la mise en œuvre des actions de la Résolution.