FWB – Promotion du cyclocross

Le cycliste belge Wout Van Aert vient de remporter le titre de champion du monde de cyclocross d’une brillante manière. Il s’agit d’un réel exploit sportif qui braque sur ce sportif et sa discipline tous les projecteurs. Notre pays est très bien représenté dans ce sport, mais, en réalité, il ne s’agit que d’une partie de la Belgique. Le cyclocross passionne de nombreux jeunes Flamands et suscite des vocations en Flandre, ce qui est loin d’être le cas dans le sud du pays. J'ai voulu savoir pourquoi la Fédération Wallonie-Bruxelles ne recense-t-elle pas plus d’adeptes du cyclocross: défaut de moyens? Comment ce sport est-il promu en Fédération Wallonie-Bruxelles?

Rachid Madrane, ministre de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de justice, des Sports et de la Promotion de Bruxelles, m’a répondu :

« Force est de constater que le cyclocross en Belgique est un phénomène typiquement flamand. Ce sport est marginal dans la plupart des pays. S’il y a des coureurs aux Pays-Bas, en France et dans quelques autres pays, ce sont pratiquement tous des coureurs sur route ou VTT qui pratiquent cette discipline l’hiver. Il n’y a qu’en Belgique qu’il existe des équipes de professionnels cyclocross. Malgré les efforts de la Fédération cycliste Wallonie-Bruxelles pour lancer la discipline, à travers notamment le «Challenge de dix épreuves» et la promotion à l’occasion des courses de Namur et Francorchamps, le cyclocross ne démarre pas dans le sud du pays. Cette discipline n’attire pas nos coureurs, sauf pour s’entraîner pendant l’hiver. S’ils pratiquent ce sport, c’est uniquement avant janvier, car ils se préparent ensuite pour les courses sur la route. Même la Coupe du monde de Namur n’attire que 10 000 spectateurs contre 20 à 30 000 en Flandre. L’épreuve de Francorchamps ne sera plus au calendrier 2017, car elle n’a pas attiré assez de spectateurs et n’est donc plus rentable pour l’organisateur, la société – flamande – Golazo. Le cyclocross fait partie intégrante de la culture fla mande. Les spectateurs d’une course internationale sont Flamands à 80 %! L’Union cycliste internationale a déjà essayé de mondialiser cette discipline pour l’amener aux Jeux olympiques, sans succès jusqu’à présent. Je serai attentif à toute proposition d’action à ce su jet. »

 

Personnellement, je n’ai pas plus de réponses que celles que j’avais avant de poser la question. C’est incompréhensible. Dans ma commune, une course de cyclocross a été organisée cette année, pour la première fois, en janvier: 95 % des personnes présentes étaient des Flamands, peut-être parce que la frontière linguistique est proche… Personne d’autre ne s’y est intéressé. Sans doute ce désintérêt est-il dû à une différence de mentalité. Le résultat n’est pas satisfaisant en tout cas.